Notre programme politique en 7 points.

                         

1- Urgences Panafricanistes, se veut un mouvement citoyen , géopolitique et traditionaliste africain. Il s’articule autour d’une dimension anti-mondialiste en agissant dans le cadre de la résistance au néocolonialisme français, au globalisme (occidentalisation généralisée) et à l’impérialisme sous toutes ses formes. L’ONG a été fondée en Afrique au Sénégal. Le siège international se trouve à Cotonou (Bénin). La majorité des membres constitutifs tant du Bureau Politique que du Conseil des Sages, ont élu domiciliation sur la terre « berceau de l’humanité ».

2- Nous refusons à ce titre toute ingérence exogène et mettons un point d’honneur à faire de ce début de XXIème siècle, la fin du cycle d’asservissement de notre peuple. Refus de l’ingérence politique en rejetant toute immixtion internationale dans nos affaires. Refus de l’ingérence monétaire par la suppression du franc Cfa et plus généralement de la financiarisation de nos économies profitant aux lobbies étrangers et leurs supplétifs locaux. Refus de l’ingérence militaire par la suppression des bases militaires néocolonialistes et autres accords de coopération militaire violant notre souveraineté. Refus de l’ingérence culturelle à travers ce qu’il est convenu d’appeler le «softpower» de la «coopération» dite culturelle. Il ne s’agit pas de rejeter les échanges saints et fructueux avec les autres peuples (mondialisation) mais bel et bien de s’opposer au rouleau compresseur de l’uniformisation/soumission de notre continent à l’Occident (mondialisme).
Notre action politique vise purement et simplement à débarrasser l’Afrique de tous ces maux. Pour mener à bien l’objectif d’émancipation totale du continent africain, nous favorisons l’échange, l’entente et les collaborations de tout ordre en lien avec les forces partisanes d’un monde multipolaire dans lequel chaque bloc civilisationnel demeurerait maître chez lui.

3- Notre vision panafricaniste souverainiste nous enjoint alors à rejeter fermement l’unilatéralisme de soumission occidentale sous hégémonie Etasunienne. La géante Afrique, Mère de l’humanité, ne pourra tirer son épingle du jeu sans inscrire son action politique dans une géostratégie audacieuse (car inédite) des nouvelles alliances. Il lui faudra bien entendu de prime abord  travailler à l’établissement vital de l’unité parmi les nôtres pour mieux résister au SIDA de l’occidentalisation globalisée. 

Eddy J.Corcega, ambassadeur du Vénézuela en Afrique de l’Ouest

Alexandre Douguine, l’idéologue du régime  Vladimir Poutine

Mahmoud Ahmadinejad,  président de la république d’Iran de 2005 à 2013 

Pedro Biscay, ex directeur de la Banque centrale d’Argentine, et figure de la tricontinentale

4-Fraternité transnationale, solidarité et justice sociale pour tous les africains et afrodescendants, demeurent nos principaux mobiles d’actions. Notre panafricanisme se veut en phase avec les exigences de notre époque et les volontés de notre peuple, voilà pourquoi nous le déclinons sous l’appellation de «panafricanisme souverainiste».

5-La tradition primordiale demeure la matrice idéologique de notre combat politique. Nous nommons d’ailleurs cette dernière (née en Afrique contrairement à ce qu’enseigne une partie de l’école  de pensée du métaphysicien René Guénon) , « l’Afrocratie« , car nous pensons qu’en cet axe originel, réside le pouvoir réel des Africains.

Contrairement à certains courants idéologiques sectaires et ethnocentrés ayant fait de la discrimination contre les afro-chrétiens et musulmans, une obsession; nous refusons fermement  « d’excommunier » ces fidèles religieux de la sphère panafricaniste. Pour la simple et bonne raison qu’en dépit du fait qu’il nous parait primordial que le peuple d’Afrique revienne à lui même, nous pensons aussi que l’unité de tous les africains (quels que puissent êtres leurs choix religieux) permettra de mieux résister au cancer de l’Humanité qu’est l’ultracapitalisme dérégulé. L’énergie créatrice  (Ashe/Ka)  se trouvant en toute chose, nous appelons donc au partage, à la tolérance et au dialogue, en lieu et place du sectarisme et la division. Aucune âme africaine ne sera de trop pour notre libération.

6- Fiers de notre ancrage civilisationnel, nous restons extrêmement attachés au principe de justice sociale et surtout en première instance, à la valorisation de la femme africaine traditionnelle. Le matriarcat originel de nos sociétés témoigne de la place essentielle que cette dernière doit jouer dans le processus de résurrection  de notre peuple.

 7- Fidèle à ses principes, Urgences Panafricanistes se veut le continuateur naturel des luttes intemporelles africaines et diasporiques. Vomissant l’élitisme pédant de la prétendue intelligentsia africaine déconnectée des réalités, et par conséquent vide de sens, nous déclarons être, de par nos actions de terrain, LE mouvement politique  d’émancipation au service de la rue africaine et diasporique au 21ème siècle. La vulgarisation des concepts en direction des masses constitue pour nous un impératif politique de tout premier ordre, faisant de l’adage de Kemi SEBA: « ce que les élites ne font pas, le peuple le fera par lui-même » l’élément de langage symbolique de toute notre action politique.